charlie6Depuis 3 jours, nous avons assisté aux événements sanglants qui ont endeuillé notre pays.

Mais qui s'est soucié des difficultés du journal ?

"Charlie Hebdo" n'était pas apprécié de tout le monde. Il dérangeait par ses dessins provocateurs. Il se savait en danger.

charlie11Si, depuis l'assassinat de 12 personnes lors du Conseil de Rédaction, beaucoup crient ou brandissent le désormais mondial "JE SUIS CHARLIE", c'est au nom de l'attaque de la LIBERTÉ D'EXPRESSION en France.

D'aucuns diront : "C'est bien fait pour eux !" car ils provoquaient, "ils l'ont cherché" ...

Mais sans liberté d'expression, peut-on encore parler de démocratie ?

charlie1Une fois le recueillement et l'émotion passés, d'autres récupéreront l'événement pour leur seul intérêt, pour distiller le poison d'un amalgame, pour nous monter les uns contre les autres, pour sanctionner les réseaux sociaux ou pour installer une société plus policée ...

Les caricaturistes de CHARLIE HEBDO étaient des pacifistes dénonçant par leurs dessins acerbes des événements mondiaux, les fanatismes, les racismes, les religions ou les partis extrémistes. C'étaient l'essence même et la mission de cet hebdomadaire.

"Ne pas se mettre à genoux mais rester debout devant l'adversité, les critiques, les menaces de mort" ... Tel était ce qui les animait.

DES CRAYONS CONTRE DES ARMES ...

charlie2

Ne nous laissons pas envahir par ce qui suivra le grand rassemblement de dimanche à Paris (et ceux qui ont déjà eu lieu) car il est déjà murmuré que l'attentat et tout ce qui s'en est suivi a été orchestré pour déstabiliser la France.

NE CÉDONS PAS À LA HAINE MAIS CÉDONS À L'AMOUR ...

charlie7