Mah receiving_revelation_from_the_angel_Gabriel

L’attentat a été revendiqué mercredi par Al-Qaeda au Yémen qui a affirmé avoir agi sur ordre de son chef Ayman al-Zawahiri pour «venger» Mahomet, caricaturé par le journal satirique.

Or il existe des prortraits et des dessins du Prophète Mahomet (certaints datant du XIVème siècle, d'autres, disparus, du IVéme siècle))

Mahomet recevant le Coran de Gabriel. Tiré du Jami' al-Tawarikh (Histoire du Monde) de Rashid al-Din, Tabriz, Perse, 1307

 

 

S'il faut constater que l'art de l'islam - qui est essentiellement un art du concept caractérisé par l'évitement de l'imitation des êtres vivants ainsi que par l'abstraction - évite d'une manière générale le portrait,

Mah2Mahomet a néanmoins été régulièrement représenté en Perse, en Inde, en Afghanistan, en Turquie, ... avec différentes variantes. Cependant, et malgré la nature iconique de bien des épisodes de sa vie, le prophète de l'islam a été peu représenté pour lui-même : il s'agit essentiellement de représentations - pas toujours figuratives - « en mouvement » ou « en action » pour l'illustration des dits épisodes             

Portrait de Mahomet, tiré de l'Histoire générale de la religion des Turcs de Michel Baudier. Paris (1625)

Mah 3

 

 

 

 

Al-Dinawari rapporte l'existence de portraits dès le IXe siècle mais il n'en existe plus de trace : il faut attendre la fin du XIIIe siècle pour trouver les premières représentations dans des enluminures en Perse ilkhanide. Le Prophète est alors représenté dans des chroniques à visage découvert - nimbé d'une auréole ou d'une flamme - mais le visage, ainsi que les mains, se trouvent voilés progressivement à partir du XVe siècle. La silhouette se voile ensuite entièrement avant de disparaitre complètement au profit de motifs ou de formules évocatrices de sa personne, quittant une réalité anthropomorphe à laquelle se substitue une flamme, une lumière ou encore une « absence perceptible ». Mahomet est finalement remplacé par la calligraphie de son nom, par une hilya - « portrait-écrit » -, par un arbre généalogique, voire l'empreinte de ses pieds ou de ses sandales dans une évolution spirituelle qui doit notamment au soufisme chiite qui considère les représentations anthropomorphes comme mondaines et non-musulmanes.

Illustration du Siyer-i Nebi XVIe siècle

À la fin du XXe siècle bandes dessinées, à vocation pédagogique, adaptant le Coran ont été publiées en pays sunnites mais ont suscité le débat avant que la publication en soit stoppée: en effet, au début du XXIe siècle, en dehors de l'espace chiite, l'interdit concernant les représentation de Mahomet - qui représente une réalité divine pour nombre de

Mah4croyants - est devenu plus fort qu'il ne l'était auparavant, pour atteindre une grande rigueur et devenir un interdit majeur s'apparentant à un tabou. Dans ce contexte, la publication de caricatures de Mahomet dans un journal danois en 2005, relayées dans des médias internationaux, a soulevé un tollé et provoqué des réactions violentes dans plusieurs pays de tradition et de culture islamiques et certaines communautés musulmanes des pays occidentaux.

                                     Mahomet selon une illustration persane

 De même que dans le Christianisme, au fil des siècles, les Évangiles apocryphes ont été ôtés du Nouveau Testament, certains autres acceptés ou remaniés par les papes et les conclaves successifs, l'Islam et le Coran ont subi le même sort.